Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de:  azizsalaheddine@hotmail.com

La politique française au Maroc"6/6

25 Mai 2009 , Rédigé par saladin Publié dans #Documents sur mazagan

256 QUATRIEME PARTIE. — CHAPITRI: VIII 

Comte Welsersheimb n'éleva aucune objection et M. de
Radowitz se borna à réserver Tassentiment du gouver-
nement allemand.

La séance du 31 mars, où fut adopté sans discussion
le projet de répartition des ports entre les instructeurs
français et les instructeurs espagnols présenté par M. de
Bacheracht (I) d'accord avec la France et l'Espagne,
consacra officiellement l'entente de l'Allemagne et de la
France sur l'importante question de l'organisation ëe la
police au Maroc.

Voici les dispositions générales du règlement définitif
élaboré par la conférence : des officiers et des sous-offi-
ciers instructeurs espagnols et français seront mis à la
disposition du Sultan pour prêter, pendant une durée
de cinq années à partir de la ratification de l'acte de la
conférence, leur concours à l'organisation de la police
chérifienne, recrutée par le Makhzen parmi les musul-
mans marocains, commandée par des qaïds marocains
et répartie dans les huit ports ouverts au commerce (2).
Les instructeurs a assureront l'instruction et la disci-
pline conformément au règlement qui sera établi sur la
matière; ils veilleront également. à ce que les hommes
enrôlés possèdent l'aptitude au service militaire. D'une
façon générale, ile devront surveiller l'administration des
troupes et contrôler le payement de la solde qui sera
effectué par l'Amin, assisté de l'officier instructeur
comptable. Ils prêteront aux autorités marocaines, inves-
ties du commandement de ces corps, leur concours tech
nique pour l'exercice de ce commandement (3). L'efifecUf

(1) Livre jaune, op. cit., p. 239.

(2) Art. 2, 3 et 4 de l'acle général.

(3) Art. 4.



LA CONFÉRENGB D*ALQÉ8IRA8 257

total des troupes de police ne devra pas dépasser deux
mille cinq cents hommes ni être inférieur à deux mille.
Il sera réparti suivant Timportance des ports par groupes
variant de cent cinquante à six cents hommes. Le nombre
des officiers espagnols et français sera de seize à vingt ;
celui des sous-officiers espagnols et français, de trente à
quarante (1). Les fonds, nécessaires à l'entretien et au
payement de la solde des troupes et des officiers et sous-
officiers instructeurs, seront avancés au Trésor chérifien
par la Banque d'Etat » (2) Un inspecteur général résidant
à Tanger, nommé par le Sultan parmi les officiers su-
périeurs de Tarmée suisse, sur présentation du gouver-
nement fédéral, inspectera, au moins une fois par an, les
divers corps de police, et, « sans intervenir directement
dans le commandement ou Tinstruction, se rendra
compte des résultats obtenus par la police chérifienne
au point de vue du maintien de Tordre et de la sécurité
dans les localités où cette police sera installée » (3). Les
rapports et communications, faits au Makhzen par l'ins-
pecteur général au siyet de sa mission, seront remis en
copie au doyen du coirps diplomatique à Tanger ; en cas
de réclamations dont le corps diplomatique serait saisi
par la légation intéressée, le corps diplomatique pourra,
en avisant le représentant du Sultan, demander à l'ins-
pecteur général de faire une enquête et d'établir un rap-
port (4). Enfin le cadre des instructeurs sera espagnol à
Tétouan, mixte à Tanger, espagnol à Larache, français



(4) Art. 5.

(2) Art. 6.

(3) Art. 7.

(4) Art. 8 et 9.

O. -17



258 QUATRIÈME PARTIE. — CHAPITRE VIII

à Rabat, rfiixte à Casablanca, et français à SafB, Moga-

. doret Mazagan (1).

Parallèlement à Torganisation de la police était discu-
tée raffaire de la banque et les progrès de Tune se réper-
cutaient sur l'autre . La difficulté qui fut résolue la pre-
mière fut celle de la juridiction compétente dans les
litiges soulevés par les particuliers contre la banque
défenderesse. Le marquis Visconti-Venosta présenta, le
8 mars, un arrangement transactionnel qui soumettait
ces différends à la juridiction d'une cour consulaire
mixte à Tanger, composée de trois consuls assistés de
deux notables commerçants. Le comte de Tattenbach et
M. Révoil souscrivirent à cette proposition (2).

Sur la question des censeurs, dès le 8 mars, la déléga-
tion allemande avait suggéré Tidée de les faire nommer
par la Banque impériale allemande, la Banque d'Angle-
terre, la Banque d'Espagne et la Banque de France (3).
Dans la séance du 10, M. de Tattenbach reprit l'idée
qu'il avait émise « en vue d'éviter les inconvénients qu'il
pourrait y avoir à confier la surveillance et la gestion de
la Banque marocaine soit à des fonctionnaires publics,
soit à des diplomates », et la délégation française, qui

. avait déclaré à l'avance se rallier à toute solution garan-
tissant l'indépendance des censeurs et l'absence de toute
préoccupation d'influence politique dans les affaires de
la banque, s'empressa d'adhérer à la proposition alle-
mande. Les autres puissances Timitèrent (4). Plus tard
cependant apparut une légère difficulté : on fit remar-

(1) Art. 12.

(2) Livre jaune ^ op. cit., p. ^80.

(3) Eod., p. 182.

(4) Eod.. pp. 190-191.



LA CONFÉRENCE D^ALOisiRAS 259

quer que le nombre de quatre censeurs étant pair, il
pourrait arriver dans certains cas que les voix seraient
également partagées et qu'aucune décision ne serait pos-
sible. L'adjonction d'un cinquième censeur ayant été
envisagée comme une solution éventuelle, l'Italie
demanda que le censeur supplémentaire fut réservé à la
désignation de la Banque d'Italie. La délégation d'Au-
triche-Hongrie déclara alors que si le nombre de quatre,
primitivement fixé, devait être augmenté, elle aurait à
demander aussi un censeur pour la banque d'Etat de son
pays. De cette manière le nombre des censeurs redeve-
nait pair. Sir Arthur Nicolson, dans un esprit de con-
ciliation, accepta de saisir le gouvernement britannique
de la question, de manière à pouvoir réduire le collège
des censeurs au nombre impair de trois, par la suppres-
sion de celui de la Banque d'Angleterre (1). Le gouver-
nement anglais s'y refusa à raison de l'importance de
ses intérêts commerciaux au Maroc, et, en fin de compte,
le chiffre de quatre censeurs fut maintenu (2).

Le problème que soulevait la constitution du capital
de la banque fut plus long à résoudre. Le 10 mars, le
comte de Tattenbach se déclara prêt à admettre que deux
parts fussent attribuées au consortium des banques signa-
taires de l'emprunt de 1904. M. Révoil, sans se refuser à
une diminution de ses demandes primitives, qui étaient
de quatre parts, répondit qu'il ne pourrait les abaisser
jusqu'au chiffre indiqué (3). De longues négociations s'ou-
vrirent en dehors de la conférence, au cours desquelles



(i) Livre jaune, op. cif,, pp. 208-209.

(2) Eod., p. 222.

(3) Eod., pp. 189-190.



262 QUATRIÈME PARTIE. — CHAPITRE VIII

Berlin, que, de la lutte diplomatique engagée entre T Al-
lemagne et la France, il soit sorti un vainqueur ou un
vaincu.

L'Allemagne trouve en effet, dans l'acte général de la
conférence, les garanties qu'elle a jugées indispensables
au maintien de la porte ouverte et de l'égalité en matière
commerciale, c'est-à-dire le contrôle de l'organisation de
la police par un inspecteur de nationalité suisse, la sur-
veillance de la Banque d'État du Maroc par un collège de
censeurs nommés par les Banques d*Etat de quatre grandes
puissances, le principe de l'adjudication en matière de
travaux publics marocains. Elle trouve surtout, dans les
concessions que la France ne lui a pas ménagées, le témoi-
gnage évident de l'esprit pacifique qui anime notre pays,
la preuve manifeste que la politique d'isolement, dont
elle croyait avoir à se plaindre, n'est plus à redouter.

La France, de son côté, peut être satisfaite des résul-
tats de la conférence. Sa position à Algésiras était diffi-
cile : une conférence internationale n'est-elle pas con-
duite tout naturellement à internationaliser les réformes
qu'elle prépare? La France, pour voir consacrer la « qua-
lité spéciale de ses droits » (1) au Maroc, avait à lutter
contre cette tendance. On ne peut douter qu'elle y ait
réussi pour une large part : Tacte général laisse en dehors
de toute discussion les droits qui nous appartiennent dans
la région frontière de l'Algérie et sont du ressort exclusif
de nos arrangements avec le Makhzen ; il reconnaît les
services rendus par les capitaux français au crédit du



(i) Déclaration de M, Bouvier, président du conseil et ministre
des affaires étrangères^ à la Chambre des députés, séance du
iô décembre 1905^ Livre jaune, op, cit.^ p. 3.



LA CONFÉRENCE d'aLGÉSIRAS 263

Maroc ; il reconnaît surtout « notre situation politique
spéciale en nous appelant u à venir en aide au Sultan
dans l'organisation de la police », et, en n'associant à
nous, dans cette tâche, aucune autre puissance que notre
voisine et amie l'Espagne, dont nous avions déjà reconnu
les droits et les intérêts particuliers » (1). Peu avant la
clôture de la conférence, la France avait d'ailleurs la sa-
tisfaction de voir affirmer, en Allemagne même, l'intérêt
singulier qu'elle possède dans l'Empire chérifien. « L'Al-
lemagne, déclarait le prince deBûlow au Reichstag, dans
la séance du 5 avril, n'a pas, comme l'Espagne, un passé
mauritanien de plusieurs siècles, ni comme la Franceune
frontière commune de plusieurs centaines de kilomètres
avec le Maroc; elle n'a pas de droits historiques acquis par
toutes sortes de sacrifices comme ceux de ces deux nations
civilisatrices » (2).

Bien qu'il soit malaisé de prédire le résultat des ré-
formes élaborées par la conférence, il ne paraît pas dou-
teux qu'elles ne doivent contribuer efficacement à ac-
croître la sécurité individuelle et la prospérité dans les
ports ouverts au commerce. Cependant on aurait tort d'es-
pérer que le Makhzen apportera à l'œuvre des puissances
une collaboration active, sincère, efficace et étendra à
tout le Maroc le régime institué dans les ports. L'expé-
rience du passé permet, au contraire, de prévoir qu'il
utilisera les ressources inépuisables de sa diplomatie pour
faire échec, par tous les moyens, à la pénétration euro-
péenne. Faudra-t-il alors, pour faire avancer le Maroc

(i) Déclaration de M. L^on Bourgeois, minisire des affaires
étrangères^ à la Chambre des députés, séance du i2 avril 1906,
Livre jaune, op. cit., pp. 292-293.

(2) Bulletin, 4906, suppl., p. 485.



264 QUATRIÈME PARTIE. — CHAPITRE VIII

plus avant dans la voie du progrès ou pour remédier aux
défauts de réformes reconnues imparfaites, recourir de
nouveau à la procédure longue et compliquée d'une con-
férence internationale ? Il est d'autant plus difficile de le
dire que les événements, nous l'avons vu, ont lié de telle
sorte l'affaire marocaine à la politique générale de l'Eu-
rope qu'ils ont rendu sa solution intimement dépendante
de conditions qui lui sont entièrement extérieures et qu'il
est, par suite, tout à fait impossible de prévoir. Il est
permis néanmoins d'espérer que, d'ici-là, une entente di-
recte, conclue avec l'Allemagne à la faveur de circons-
tances générales propices, permettra à la France de pour-
suivre librement au Maroc son œuvre de civilisation, aussi
indispensable à la sécurité des Européens dans l'Empire
qu'à la tranquillité de nos possessions algériennes.



Vu, le Président de la thèse, Montpellier, le 25 juillet 1896.

M. MOYE. Le Doyen de la Faculté de Droit,

VIGIÉ.

Vu et permis d'imprimer :

Montpellier, le 25 juillet 1906.

Pour le Recteur :

Le Doyen délégué,

VIGIÉ.



BIBLIOGRAPHIE



Archives diplomatiqhes. - Extraits du Livre bleu sur la mission
de Sir Charles Evan Smith au Maroc, 4892. t. lll,
p. 361

— Arrangements conclus par le Maroc avec F Angleterre

(Î89A), r Allemagne (1895). la Belgique (1895) relatifs
à la répression des fausses marques, 1895. t. IV, p. 212* .

BÛABD (Victor). - Laffaire marocaine, Paris, 1906.

Bernard (Augustin). — Évolution de la question du MaroCp^
Revue politique et parlementaire, 10 décembre 1903

— Touat et Maroc, Revue des questions diplomatiques et

coloniales, l*' juin 1900.
Bernard d'Attanoux. — Cinquante ans de politique anglaise an
Maroc, Revue des questions diplomatiques et colo»
niales, 15 mai 1897.

— Les pirates du Rif, Revue des questions diplomatiques et

coloniales, !•' décembre 1897.

Bernard (Aug.* et le capitaine Lacroix. - Hbtoriqne de la
pénétration saharienne, Alger, 1900

BoniiRASSiN. La question du Maroc, thèse, Paris, 1904.

Bulletin du Comité de F Afrique française, années 1891 à 1906.

Caix (Robert de). Les arrangements anglo-allemands et Im
situation générale. Bulletin du Comité de l'Afrique fran-
çaise, novembre 1899.

— Au Maroc, Bulletin du Comité de l'Afrique française,

juin 1901.



266 BIBLIOGRAPHIE

Caix (Robert de), -r Choses du Maroc, Bulletin.... octobre 4902.
~ La France et le Maroc, Bulletin. ., octobre 1903.

— V accord franco-anglais. Bulletin..., avril 1904.

— L'incident allemand-marocain. Bulletin.. , avril 1903.

— La crise franco-allemande, Bulletin.... juin 4905.

- L'accord franco-allemand et notre œuvre marocaine. Bul-
letin..., juillet 1905.

— La politique allemande et le Maroc, Bulletin..., août 4905.

— Quinze jours de Conférence, Bulletin..., février 1906.
Les résultats de la Conférence, Bulletin..., avril 4906.

— La Conférence d'Algésiras, rapport au Comité du Maroc.

Bulletin.. 4906, Supplément, pp. 466 et s.
Castonnet.des Fosses. - Le Maroc, ses relations avec t Europe,

sa situation actuelle. Revue de droit international et de

législation comparée. 4884^ l. XXl.
GXsTRiES (de). — Les sources inédites de l'histoire du Maroc,

4530 à 1845. t. 1. Paris, 4905.
CATiEdoukrd), Petite histoire de t Algérie, Tunisie. Maroc.

— L'islamisme et les confréries religieuses au Maroc, Revue

des Deux-Mondes 45 septembre 1800.

Clercq (de). - Recueil des traités de la France, . ... «

CoLLiN (Victor). - Le Maroc et les intérêts belges, Louvain, 4900.

CouRoNNEL (de). Notes sur le Maroc, Revue des questions
■ diplomatiques et coloniales, 15 juin 4897.

Darcy (Jean). — France et .Angleterre Sir Charles Dilke et ten-
tente cordiale,, Revu€ politique et parlementaire,
40 mars 1904.

Démontes (Victor). - L'œuvre de M- Révoil en Algérie, Bulletio
du Comité de TAfrique. française, juin 1903.

Debidour (A;»). - Histoire diplomatique de t Europe^ 2 v.,
Paris, 4894.

Documents pour servira F étude du Nord-Ouest africain, réunis
. . €l rédigéspar les ordres de M. Jules Cambon, gouver-
neur général de r.\lgérie, par MM. H.-M.^P; de la M&i^



BIBLIOGRAI^HIE 267

tinière et le capitaine Lacroix, Gouvernement général
de l*Algcrie, service des affaires indigènes, 1894-1897.
DouTTÉ (Edmond). Les deux politiques, Bulletin du Comité
de l'Afrique française, octobre 1903.

— La réforme franco musulman** du Maroc. Bulletin du

Comité de l'Afrique française, novembre 1903.

Dubois (Mnrcel). - La question du Maroc, Le Correspondant,
10 novembre 1904.

Etibhne (Eugène). La France et le statu quo marocain. Revue
des questions diplomatiques et coloniales, 1'' décem-
bre 1898.

— Discours, Revue des questions diplomatiques et colo-

niales, 15 juin 1903.
Préface au livre du marquis de Scgonzac {Voyages au
Maroc) .
Fidel (Ch ). - les intérêts français et les intérêts allemands au
Maroc, Paris, 1905.

— L'opinion allemande et la question du Maroc, Paris, 1905,
FouOadld (Vie de). - Reconnaissance au Maroc (188H-84),

Paris. 1888.
Frisch (R. J.' - Le Maroc, géographie, organisation, politique^

Paris. 1895.
GuizoT. — Mémoires pour servir à t histoire de mon temps, t. VU,

Paris, 1864 67.
Journal Officiel de la République française.
Krtzanowski. — Le Maroc français. Revue des questions diplo-
matiques et coloniales, 16 novembre 1899.
Laferriere. — Discours, Revue des questions diplomatiques et

coloniales, 15 mars 1899, 15 f.'vrier 1900, 15 avril 1900.
Lapradelle (A. de;. — Au sujet de t accord franco-<mglais.

Revue générale de droit international public, 1904, t. XI
Lavissb et Rambatjd. — Histoire générale de FEurope,
Lbblond (Marius-Ary). La question du Maroc, Revue politique

et littéraire (Revue bleue), 13 août 1904. '



%GJi 8IBLI00IIAPHIE

Leroy-Beaulieî? (Paul). Algérie et Tunisiej 2e édition, Paris,
1897.

— Economiste français, 45 octobre 1904.

Le Chatblier (A). - La po/i/içue marocaine. Revue (économique
internationale, septembre 1904.

Livre blanc. - Documents sur le Maroc, traduction intégrale
publiée par le Comité du Maroc, Paris, 1906.

Livre jaune. — Question de la protection diplomatique et con-
sulaire au Maroc, Paris, 4880.

„ — Accords conclus le 8 avril 1904 entre la France et V An-
gleterre au sujet du Maroc, de l'Eggpte, de Terre-
Neuve, etc., Paris, 4904.

— Affaires du Maroc, Î90Î-1905. Paris. 4905.

— Protocoles et comptes rendus de la Conférence dAlgési-

ras. Pari^, 1906.
LoRiN (Henri). — Le Maroc au XVI^ siècle. Journal des Savants,
décembre 4*K)5.

La question du Maroc, Revue politique et parlementaire,
40 juillet 4904.

La Conférence d'Algésiras et la situation présente de la
France au Maroc, Revue générale de droit internatio-
nal public. 1906. t. XllL
Mandeville (G.). — Les troubles à la frontière marocaine. Revue
des questions diplomatiques et coloniales, 45 avril 4897.

— La frontière marocaine et Figuig, Revue des questions

diplomatiques et coloniales, 45 mai 4897.

— L'Algérie méridionale et le Touat, Revue des questions

diplomatiques et coloniales, 4«'' février 4898.
Martens (de). - Nouveau recueil général de traités.
Martinière (H. de la). — Grande Encgclopédie, au mot « Maroc ».

— lét règne de Moulaï-el-Hassan, Revue des Deux-Mondes,

45 septembre 1894.

— La Convention de Lalla-Marnia^ Revue des Deux-Mondes,

15 avril 1897.



BIBLIOGRAPHIE 269

* Mémorial diplomatique, 1887.

M11.LET (René). — Nos frontières de l'Afrique du Nord, Revue
politique et parlementaire, janvier 1903.
- L* accord franco-espagnol et la politique de liquidation.
Revue politique et parlementaire, 10 novembre 1904.

MoHR (D'j. — Le Maroc et Vopinion allemande. Revue écono-
mique internationale, mai 1904.

Moniteur universel (Le).

MooLiÉRAS. - Le Maroc inconnu.

'Moulin (H. A ). — La question marocaine d après les documents
du Livre jaune, Paris, 1906.

NiBMEYEu (T.). Le Maroc, Algéciras et le droit des gens. Revue
générale de droit international public 1906, t. Xill.

Ordéga (L). — France et Maroc, Revue politique et littéraire
(Revue bleue , 1893, 2' semestre.
Espagnols et Maures, Revue politique et littéraire (Revue

bleue), 1894, l«f semestre.
Le Sultan Mulaf-el-Hassan, Revue politique et littéraire
(Revue bleue), 1894, 1" semestre.

Palbolooue (Maurice). — Le Maroc, notes et souvenirs, Revue
des Deux-Mondes, 15 avril 1885.

F. C. — Lettre d'Algérie, Revue des questions diplomatiques et
coloniales, 15 août 1897.

PÈNE-SiEFERT. — La poUtique française au Maroc, Revue poli-
tique et parlementaire. 10 août 1903.

Pensa (H). La situation politique à la frontière marocaine de
r Algérie, Revue des questions diplomatiques et colo-
niales, l«»'juin 1897.

Plnon (H ). — L Empire de la Méditerranée, Paris, 1904.

Plauchut (Edm.). — Les Anglais au Maroc, Revue des Deux-
Mondes, 15 juin 1893.

Rapports officiels établis par M. Luret, chef par intérim du ^er-
vice du contrôle des douanes, sur le commerce du Maroc
en 1903 et 1904, Bulletin du Comité dé TÀfrique fran-
çaise, 1906, Supplément, pp. 64 et s.



,270 BIBLIOGRAPHIE

RooARD DB Gard. — Les traités entre la France et le MaroCf
Paris, 1898.
La frontière franco-marocaine et le protocole du 20 juillet
190Î, Revue générale de droit international public,
1902, t. IX.

— La France et les autres nations latines en Afrique, Paris,

1903.

— Les relations de l'Espagne et du Maroc pendant la pre~

mière et pendant la deuxième moitié du XIX^ siècle.
Revue générale de droit international public, 1904,
t. XI.

— Allemagne et Maroc, Revue générale de droit internatio-

nal public, 1906, t XIII.

RousssT (Camille). — La conquête de t Algérie, 2 v., Paris,
1889.

Sabatier. — La pénétration pacifique et le Maroc, Revue poli-
tique et parlementaire, 10 janvier 1904.

Sartat. - La question du Maroc en 1901, Oran, litOl.

Saint-Germain. — La frontière oranaise. Revue des questions
diplomatiques et coloniales, 15 septembre 1903.

Sboonzac (marquis de;. - Voyages au Maroc (1899-1901),
Paris, 1903.
A travers le Maroc, Conférence faite à la Société nor-
mande de géographie, Rouen, 1903.

Seionobos (Ch.). — Histoire politique de F Europe contempo-
raine, 3® édition, Paris, 1903.

Tardibu (André). — Questions diplomatiques de tannée 1904,
Paris, 1905.

Thuriau-Danoin (Paul). — Histoire de la monarchie de juillet,
t. V, Paris, 1889.

Torres-Campos (R.) — L Espagne en Afrique, Revue de droit
international et de législation comparée, 1892, t. XXIY.

— La question de Melilla et la politique internationale de

F Espagne, Revue de droit international et de législation
comparée, 1894, t. XXYI.



BIBLIOGRAPHIE 271

UsBORN (C. F ). — L* Angleterre et le Maroc, Revue des ques-
tions diplomatiques et coloniales, 1" septembre 1898.

Valbert (6 ). —Le Maroc et les puissances européennes à Tan-
ger. Revue des Deux-Mondes, !«' décembre 1884.

Vaulx (de). La France et le Maroc, thèse. Paris, 1903.

***. - Comment se fera le partage du Maroc d'après des indis-
crétions diplomatiques. Le Correspondant, 25 décem-
bre 1903

'". - L œuvre de la France au Maroc, Revue politique et par-
lementaire, 10 janvier 1904.
Le Sultan du Maroc, Revue de Paris, !«' février 1903.

*•• — L attaque de Taghit, Revue de Paris, 15 octobre 1903.

*". — Le combat dEl-Moungar, Revue de Paris, l»' janvier
1904.

Colonel X. — La pénétration française au Maroc, Revue de Paris,
l^-- août 1904.



TABLE DES MATIÈRES



Avant-Propos i

PREMIÈRE PARTIE

Chapitre uniqub. — La politique française au Maroc avant

la conquête de V Algérie 3

DEUXIÈME PARTIE

La gaerre avec le Maroc.

Chapitre premier. — Avant la guerre 15

Chapitre II. — La guerre 25

Chapitre III. — La convention de Tanger rfu iO septembre

4844 38

Chapitre IV. ^ La convention de Lalla-Marg/inia. - La red-
dition d'Abdel- Kader 47

TROISIÈME PARTIE
La politique du statu quo Hl

Chapithr premier. — La politique française sous le second

Empire 63

Chapitre II. — La convention de Madrid (1880) 67

§1.— La conférence de Tanger 67

§ 2. — La conférence de Madrid 75

Chapitre III. — Lœ politique française à Fez de 11î8i à i9C0. 94

G. - 18



'in TABLE DES MATIÈHES

QUATRIÈME PAHTIE

1^ question du Maroc i07

CiiAPiTRK PREMIER. — Loccupution dii Touat iiO

Chapitrr h. — La frofifière alf/ero-maroraine et les accords

de 1904-1902 124

Chapitrk ni. — Le problème marocain 439

Chapitre IV. — La uoUtique dt^s accords internationaux . . 450

I 4. — L'anrord franro-italion «ie 4901 454

§ 2. — L'accord franco-anglais du 8 avril 4904 457

§ 3. — L'accord franco-espapnol 409

Chapitre V. — La politique de pénétration pacifique .... 183

Chapitre VL — Le différend franco-allemand 499

Chapitre VIL — Les accords franco-allemands du 8 juillet

et du 2H seplembre i90^ 246

Chapitre VIII. ~ La conférence d^Algésiras 233

Bibliographie 265



Ar. ROUSSEAU, Imprimeur-Euitbur, PARIS.



t-MYEHSIl E DE MONTPELLIER — FACULlt DE DllOIT



LA



POLITIQUE FRANÇAISE

AU M A HOC



THÈSE POUR LE DOCTORAT POLITIQUE

IdttKon* itiinl U firalU it trail d« l'UniiAniM tt Htniptlltlt



André GOURDIN



AHTIIlta ROUSSEAU, EDITEUR



r





















— 1








î

K
























\








J


/
















f


/


/


r



http://www.archive.org/stream/lapolitiquefran00gourgoog/lapolitiquefran00gourgoog_djvu.txt
link

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article