Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de:  azizsalaheddine@hotmail.com

Mazagan/Tourisme Objectif, un demi-million de clients

10 Février 2011 , Rédigé par saladin Publié dans #اخبار ومختلفات

Mazagan/Tourisme
Objectif, un demi-million de clients

Moyen-Orient, Russie et Pologne: les nouvelles cibles

270 sous-traitants travaillent pour la station

Construit sur 250 ha, le Mazagan Beach Resort comprend un hôtel de 500 suites et chambres aménagées sous forme de ryad et un golf signé Garry Player
           

DEPUIS son ouverture en octobre 2009, la station Mazagan accumule les bons points. Régulièrement citée comme un partenariat public-privé réussi, elle a été nommée récemment par le Magazine Géo comme 27e destination mondiale à visiter (sur 50).
Autre fait marquant, et non des moindres, le roi Abdellah d’Arabie saoudite vient de choisir le resort pour passer quelques jours de repos.
Plusieurs consécrations donc, et de belles performances en 2010: «Notre taux d’occupation a été de plus de 50% et notre chiffre d’affaires très bon. Sans oublier que plus de 50% de notre clientèle est étrangère», indique Marie Béatrice Lallemand, PDG de Mazagan Beach Resort. Et ce malgré le contexte international en crise au moment de l’ouverture: «Les touristes venaient moins longtemps et dépensaient moins. La fin de l’année 2010 a encore été mauvaise pour les groupes. Au début de cette année, nous sentons une reprise des groupes, mais les budgets restent encore serrés», analyse Lallemand.
Pour 2011, le management table sur 500.000 clients. Du côté des marchés, si en 2010 les énergies sont restées concentrées sur les marchés traditionnels (français, italien, belge, britannique et allemand), les cibles principales en 2011 seront le Moyen-Orient, la Russie et la Pologne.
Les retombées ne se limitent pas au resort. La station a donné un coup de notoriété sur la région. «Des efforts considérables ont en effet été investis dans la communication, ce qui a permis d’amener 206 journalistes étrangers à Mazagan, mais aussi à El Jadida et Azemmour», souligne la PDG. De nombreux événements ont également été organisés: les Mazagan nights, le 1er festival de la magie à El Jadida, le défilé de mode Made in Morocco ou les rencontres de l’art en collaboration avec les galeries d’Azemmour.
Au niveau de l’emploi régional, la phase de construction a permis de faire travailler 5.000 personnes sur le chantier.
Aujourd’hui, le resort emploie 1.500 personnes, dont 710 des locaux. Sans oublier que la station travaille avec 270 sous-traitants et génère environ 2.000 emplois indirects. L’autre grande contribution pour la région est celle de l’écologie. La station est dotée de sa propre station d’épuration et l’herbe du golf est très peu consommatrice d’eau. De plus, le golf peut être arrosé avec l’eau de la station d’épuration et de l’eau déssalinée.


Trois questions au PDG


- L’Economiste: Comment analysez-vous la réussite de Mazagan?

- Béatrice Lallemand
: Mazagan est un grand succès, notamment car la station a ouvert à la date promise. Et ce, malgré la crise. Cela nous a donné une énorme crédibilité sur le marché international. L’autre grand succès de Mazagan est celui de la formation du personnel. Dès le départ, nous avons pris la décision stratégique d’embaucher des jeunes Marocains locaux. Au départ, cela a été difficile, car le niveau de formation était très faible. Mais nous avons investi énormément dans la formation. Et aujourd’hui, l’indice satisfaction de notre clientèle est de 80%, ce qui est une excellente performance. A cela, il faut ajouter un investissement massif sur la communication et l’organisation d’événements.

- Comment intéresser plus les clients de Mazagan aux attraits de la région?

- Nos clients sont demandeurs. Ils veulent visiter El Jadida et certains d’entre eux la région. Mais leur première constatation est la saleté... de la plage, de la médina, du souk! A tel point que lorsque l’on amène un groupe, il faut venir nettoyer avant. De plus, il n’y a pas d’infrastructures adaptées à notre clientèle: terrasses, restaurants... Côté artisanat, alors qu’il y a une demande de nos clients, celui-ci est de mauvaise qualité et il y a trop d’arnaques. Enfin les taxis sont d’une saleté incroyable, ce qui fait que nous devons organiser nos propres navettes. Donc, nous demandons plus d’efforts aux autorités compétentes. Il faut se concentrer sur cela avant d’investir dans d’autres sites de la région, qui restent relativement loin et difficiles d’accès, comme les tazotas ou la fauconnerie.

- Comment envisagez-vous la seconde phase prévue pour 2014?

- Pour l’instant, nous entendons d’abord consolider notre première phase. Pour envisager la seconde, il faut qu’il y ait une meilleure adéquation entre l’offre de Mazagan et l’offre de la région. L’autre point sur lequel il faut travailler est le renforcement des lignes aériennes. Il faut plus de lignes et plus de régularité dans les vols. Ce n’est que lorsqu’on aura plus de visibilité sur ces deux points que l’on pourra envisager la seconde phase.


Propos recueillis par Marie-Noëlle RASSON

  http://www.leconomiste.com/article/mazagantourismebrobjectif-un-demi-million-de-clients

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article