Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de:  azizsalaheddine@hotmail.com

Les « REMP’ARTS » d’Azemmour

23 Mai 2013 , Rédigé par saladin

Les « REMP’ARTS » d’Azemmour

Les « REMP’ARTS » d’Azemmour

Du 17 au 19 de ce mois, Azemmour sera sous les feux de la rampe. Elle vivra un festival inédit et qui ne lui est guère étranger. Puisqu’elle a donné, perpétuellement, des adeptes à cet art qu’elle fête dans ses murs: le festival des Arts plastiques transformé en festival « Remp’Arts Azemmour” dans sa 3ème édition.
Cité d’art et d’histoire, la ville d’Azemmour n’a jamais cessé, pour se valoriser et valoriser sa jeunesse, d’affirmer sa vocation et son ambition de placer la culture au coeur de sa politique. Depuis plusieurs années déjà, la ville s’illustre en faisant de sa médina l’écrin de manifestations populaires où l’exigence artistique se conjugue à la volonté d’ouverture et de dialogue entre artistes, population locale et visiteurs de tous horizons.
Depuis que Basquiat et son mentor Andy Warhol lui ont conféré les galons qu’il mérite dans les années 80, le Street Art a réussi à s’imposer sur la scène internationale comme un art à part entière, représenté aujourd’hui dans les plus prestigieuses collections et musées d’Art moderne.
Libéré de la contestation et du vandalisme auxquels il était associé à ses origines (parfois à juste titre), le Street Art fait, aujourd’hui, partie de notre quotidien. Si bien que l’on retrouve son influence en design comme dans beaucoup de disciplines artistiques.
Le mouvement lui-même s’inspire tour à tour de la calligraphie, du Manga, du Pop’art, du Hip-hop ou des technologies digitales pour mieux se réinventer et brasser des formes d’expressions multiples et souvent monumentales, à destination des publics les plus larges.
En s’ouvrant aux arts urbains, le Festival d’Azemmour fait le choix de s’inscrire dans la mouvance actuelle du Street Art au niveau international, en réunissant dès cette édition un «Line Up» de haute qualité composé d’artistes de renommée mondiale, aux styles éclectiques fédérés par un thème cher à la ville d’Azemmour, “la légende d’Estevanico” et par l’envie de s’exprimer au cœur d’un cadre historique unique et d’aller à la rencontre des artistes et des publics locaux.
Jadis, une citation assez révélatrice et indicatrice du degré civilisationnel élevé qu’avait vécu cette ville disait, « De la ville d’Azemmour au village de Fès»; elle renseigne, si besoin est, sur l’ancienneté historique véridique d’une ville qui, durant deux millénaires, restera au cœur de l’histoire de Doukkala et du Maroc.

Ville Historique. ville aux mille et mille énigmes. Le sacré et le mystique l’entourent. Azemmour, signifiant « olivier sauvage » en berbère, est une ville séculaire. Elle est un fief du Malhoune, parvenu de Tafilalt, un lit fécond des arts plastiques qu’illustrent Chaïbia, Habbouli, Al Azhar, Dibaji et d’autres. Elle allaitera le grand penseur et historien de la Méditerranée et du monde arabe Abdallah Laroui. Avec Sidi Bennour, elle tient aussi le flambeau de la « Aita » des Doukkala, en parallèle avec son homologue de Abda.
Elle rassemble également tout le prestige des arts traditionnels de Doukkala. En témoignent la tapisserie, la broderie, l’art culinaire, le tatouage au henné… Le dragon brodé en grenat, que les Marocains ne connaissent pas bien malheureusement, est un symbole d’une culture raffinée et d’un savoir-faire sans égal.
Ville riche de témoins archéologiques et architecturaux locaux et étrangers, elle porte le cachet d’une ville marocaine berbère, islamique et juive qui s’enorgueillit, aussi, de sa belle silhouette portugaise. C’est aussi de là qu’est parti le bateau qui avait conduit le fameux Estevanico à la découverte des côtes des USA actuels.
C’est une ville qui ressemble à un tableau d’une mémoire artistique millénaire en devenir à travers l’art culinaire (Couscous et autres), l’art du henné et la finesse de la tapisserie et de la broderie que les femmes transmettent à leurs filles. C’est encore une fois un pays d’érudits et de saints immortels. Azemmour est une ville mystique éternellement gardée par Moulay Bouchaïb et Lalla Aicha al-Bahria, sous le regard lointain de Moulay Abdallah Amghar.

http://dafina.net/gazette/article/les-%C2%AB-remp%E2%80%99arts-%C2%BB-d%E2%80%99azemmour

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

AHMAD 13/06/2013 08:34

http://www.yabiladi.com/articles/details/17893/44916/481151/insolite-juifs-marocains-allez-vous-faire.html
http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=IBwEuoeX4yw

Insolite: Juifs marocains « allez-vous faire ****** à Casablanca », racisme ordinaire en Israël
Migrations | Publié le 13.06.2013 à 08h00 | Par Ristel Edimo
Réagir
Favoris
Envoyer
Imprimer
Newsletter

Une vidéo surprenante circule sur les réseaux sociaux depuis trois jours, présentant une dispute entre un juif marocain et un juif russe en Israël. Ce dernier n’a pas manqué de sortir des propos désobligeants. Le classique.

Au volant de sa voiture, un Marocain juif résidant en Israël a entamé avec un juif russe un échange verbal sur un ton de plaisanterie. Dans un calme absolu, chacun des deux interlocuteurs dit ce qu’il pense de l’autre.

On ne saurait dire si la vidéo présente la dispute dans son intégralité, mais elle commence avec le Marocain qui traite tous les Russes de membres de la Mafia. Et son interlocuteur de de répondre : « Si nous les russes n'avions pas été là, tu serais aujourd'hui en forme de petit savon ».

Au fur et à mesure que la conversation évolue, les propos du Russe deviennent de plus en plus grossiers, si bien qu’il demande au juif Marocain d’aller retourner à Casablanca pour se « faire ****** à Casablanca ». Chose impressionnante, le Marocain a gardé son sang-froid jusqu’au bout, malgré la dureté et la vulgarité des propos qui lui étaient adressés.

Cette affaire retrace-t-elle un peu le quotidien de certains juifs Marocains qui vivent en Israël. Et dire qu’ils sont de plus en plus nombreux à y résider en raison des départs plus importants des jeunes bacheliers juifs marocains qui vont poursuivre leurs études universitaires dans ce pays du Proche Orient. Très souvent, ils s’y installent définitivement, finissent par se fondre dans la société israélienne, tout en gardant leur culture marocaine, comme le montre un mini reportage de 2M réalisé l'année dernière.

La communauté israëlienne d'origine marocaine est estimée à plus d'un million de personnes. Une bonne partie d'entre eux peut cependant parfois faire face à la réalité d'un certain racisme.
Signalez nous une erreur, une faute de frappe, ...