Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de:  azizsalaheddine@hotmail.com

Viandes rouges 6 milliards de DH pour redresser la filière

20 Novembre 2009 , Rédigé par saladin Publié dans #Actualités

Viandes rouges

6 milliards de DH pour redresser la filière
 
· Objectif: agréger 6.000 éleveurs pour préparer 20.000 têtes de bovins

· 4.000 tonnes de viandes par an visées



C’EST parti pour les projets de modernisation de la filière des viandes rouges. Le coup d’envoi officiel vient d’être donné dans la région des Doukkala à l’occasion de la tenue de la 2e édition de la Foire nationale des animaux de boucherie qui a eu lieu du 17 au 19 novembre à Sidi Bennour, dans la province d’El Jadida. C’est le ministre de l’Agriculture et de la Pêche maritime, Aziz Akhannouch, qui a lancé cet important projet intégré spécialisé dans l’engraissement des taurillons. Retenu dans le Plan agricole régional, ce projet est élaboré selon un modèle d’agrégation affiliant 6.000 éleveurs autour d’une ferme spécialisée dans la production et la valorisation des viandes rouges. Il s’agit d’engraisser 20.000 têtes de jeunes veaux maigres par an dans l’objectif de produire 4.000 tonnes de viandes. Pour cela, la mise en place d’une unité de fabrication d’aliments de bétail et d’un abattoir moderne est prévue. Les deux unités disposant chacune d’une capacité de 20.000 tonnes. En tout, l’investissement devrait dépasser les 80 millions de DH. Avec à la clé la création de plus de 77.000 journées de travail. Les relations entre les partenaires seront régies par un contrat d’agrégation. Mais d’ores et déjà, il est spécifié dans le communiqué de la tutelle que «les éleveurs bénéficieront des aliments de bétail et doivent en contrepartie vendre leurs animaux maigres à l’agrégateur qui se charge de l’engraissement, l’abattage et la commercialisation des viandes». Les prix de vente des aliments et animaux seront fixés à l’avance.
Pour rappel, la stratégie de développement agricole place la filière viandes rouges parmi les priorités ciblées. Pour preuve, le contrat-programme passé le 21 avril 2009, entre le gouvernement et la Fédération interprofessionnelle des viandes rouges, s’assigne des objectifs particulièrement ambitieux. Couvrant la période 2009/2014, il vise l’amélioration de l’offre des viandes selon un rapport qualité/prix irréprochable. Pour répondre à cet objectif, la profession s’engage à renforcer la contribution de la filière en protéines d’origine animale moyennant l’amélioration de la productivité et de la valeur ajoutée. Le tout, en s’investissant davantage dans l’abattage et la distribution modernes.
D’emblée, le contrat-programme table sur une enveloppe de 6 milliards de DH dont 850 millions à la charge de l’Etat sous forme de primes à l’investissement. La contribution de l’Etat servira à financer des projets intégrés d’agrégation et la mise à niveau de 12 abattoirs à concéder au privé. Elle concerne aussi l’encouragement des unités modernes de distribution ainsi que l’accompagnement des petites et moyennes fermes dans leur objectif d’accéder au stade de fermes productivistes. S’ajoute également une enveloppe de 250 millions de DH qui sera fournie par le Fonds de développement agricole sous forme de subventions et d’incitations financières. Ceci, sans oublier le financement par l’Etat d’autres actions comme la construction et l’équipement d’un zoo pôle à Casablanca, la gestion du programme d’amélioration génétique et le renforcement des associations professionnelles. Dans le pipe aussi, l’aménagement de 21 souks à bestiaux et l’appui à la recherche/développement. C’est que l’enjeu est de taille. Les filières de production animale génèrent un chiffre d’affaires d’environ 30 milliards de DH. Elles assurent près de 2,2 millions d’emplois et participent de manière décisive dans l’alimentation humaine. De sorte que pas moins de 34% du budget des ménages est dédié à la consommation des viandes.
Par ailleurs, la Foire des animaux de boucherie qui vient de clôturer sa seconde édition a permis de sensibiliser les éleveurs aux techniques modernes de conduite des troupeaux. Des tables rondes, des démonstrations et un concours pour primer les meilleurs éleveurs étaient ainsi au menu.

A. G.http://www.leconomiste.com/
 
Envoyer à un amiImprimer cet article Corée du Sud Un débouché stratégique pour le Maroc     Audiovisuel: «Une co-régulation» africaine

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article