Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de:  azizsalaheddine@hotmail.com

Achoura une fête judéo-musulmane

29 Novembre 2012 , Rédigé par saladin Publié dans #Histoire et socièté

Achoura une fête judéo-musulmane

 

Achoura une fête judéo-musulmane

 

 

 

 

Cette fête initialement juive, correspond au dixième jour du mois de Muharram, le premier mois de l’année musulmane. Elle revêt toutefois différentes significations pour les deux grands courants de l’Islam, le sunnisme et le chiisme. Pour les uns, elle marque le début de festivités, pour les autres c’est une journée de deuil commémorant la mort de Hussein, petit-fils du Prophète Mahomet et fils de Ali ibnou abi Talib.

 

Par Smahane Bouyahia

 

Dans certains pays sunnites, comme au Maroc, cette cérémonie est également perçue, depuis des siècles, comme celle de l’enfance et de la famille. Distribution de friandises, cadeaux, pratiques à caractères carnavalesques... l’ambiance est aux festivités. Ailleurs, dans les régions de confession chiite, Achoura est un signe de deuil, car il s’agit d’un jour de grande importance commémorant l’anniversaire de la mort de Hussein, petit fils du Prophète Mahomet.

Trait d’union entre le judaïsme et l’Islam

« Avant même d’être une fête musulmane, Achoura était une fête juive, marquant l’exode des enfants d’Israël après leur délivrance par le prophète Moïse. Le prophète Mahomet, en 622, alla à la rencontre des juifs le jour du Youm Kippour, fête de l’expiation durant laquelle ils jeûnaient. Lorsqu’il leur demanda la raison de ce jeûne les juifs répondirent que c’était en souvenir du ‘jour où Dieu donna la victoire à Moïse et aux fils d’Israël sur Pharaon et ses hommes’ », explique M. Rais, directeur des Affaires Culturelles de la Mosquée de Paris.

Le Directeur de l’association des musulmans d’Ile de France, Merrun Khalil, poursuit que c’est pour cette raison, que le Prophète Mahomet ordonna aux musulmans d’observer le jeûne ce jour là, lesquels ne comprenaient pas vraiment pourquoi ils devaient perpétrer cette tradition qui n’était pas la leur. Lorsqu’ils le lui demandèrent, le prophète leur répondit humblement que c’était parce qu’il considérait Moïse comme « plus proche » d’eux. C’est ainsi que Achoura est entrée dans la sacralité de l’Islam. Un an plus tard, pour confirmer la continuité de la cérémonie juive et s’inscrire dans la tradition de Moïse, le Prophète Mahomet recommanda aux musulmans de jeûner deux jours, les neuvième et dixième jours du mois de Muharram qui marque Achoura. D’où l’origine étymologique de cette fête. « Achara » signifie dix en arabe et reprend ainsi le dixième jour de Muharram. Cette fête marque la liaison entre deux religions, le Judaïsme et l’Islam. C’est un « lien naturel et historique entre deux communautés fraternelles » que tout oppose de nos jours, explique unanimement M Rais et Merrun Khalil.

Une journée entre joie et douleur

Les musulmans considèrent de ce fait Achoura comme un jour de jeûne. Un jour de jeûne recommandé et non obligatoire. Les savants se réfèrent à un hadith [*] de Sahih de Boukhari et de Mouslim rapportant que : « aujourd’hui est le jour de achoura, Allah n’a pas fait un devoir pour vous de le jeûner ; que celui qui le veut jeûne et que celui qui ne le veut pas, ne jeûne pas ». La cérémonie est célébrée différemment selon les écoles chiites et sunnites. Pour les chiites, Achoura est un jour de deuil important qui marque la mort de l’imam Hussein tué et décapité au combat il y a 13 siècles. Une figure emblématique du chiisme et petit-fils du Prophète Mahomet. C’est le jour du Pèlerinage à Kerbala, ville sainte au centre de l’Irak où se trouve la tombe d’Hussein. Tout au long de la journée, les hommes marchent dans les rues en se frappant la poitrine et la tête pour exprimer leur peine collective. Des manifestations impressionnantes de flagellation ont également lieu au cours de ces cérémonies expiatoires.

Pour les pays sunnites du Maghreb, le concept est différent. Achoura, qui n’est pas mentionnée dans le Coran, est considérée comme une fête mineure. Elle symbolise l’accostage de l’Arche de Noé. Les Marocains, par exemple ont ajouté aux cérémonies religieuses des concepts culturels qui ne relèvent pas de l’Islam. Pendant deux jours, les enfants sont mis à l’honneur. Le premier jour, la tradition veut qu’on leur offre des cadeaux, des friandises, et que des spectacles viennent égayer les rues. Le deuxième jour, les enfants s’amusent à asperger d’eau les passants et leurs proches, une pratique connue de tous les Marocains sous le nom de zem-zem. Certaines familles en profitent pour accomplir la zakat, un des cinq piliers de l’Islam, qui consiste à faire l’aumône. D’autres visitent les cimetières, brûlent de l’encens... des rituels qui se perdent malheureusement au fil des ans.

[*] Récit relatif à la vie de du prophète Mahomet, à ses paroles, à ses actes. L’ensembles des hadiths constitue la Tradition, qui, dans l’Islam, fait autorité immédiatement après le Coran

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

HIMDO 17/01/2013 09:11





احتفالات عاشوراء بالمغرب تمزج ببن الفرح والفرجة والشعوذة

















الجمعة, 23 تشرين2/نوفمبر 2012 23:02





خديجة الفتحي ـ جيل بريس ـ تجمع عدة طقوس مثل دفن الدمى والقفز فوق النار والرش بالماء
يرى باحث أكاديمي مغربي أن احتفالات "عاشوراء" في بلاده هو نسق طقوسي شديد التعقيد مركب من عناصر وأشكال تصورات واحتفالات يتداخل فيها ما هو ديني، كالصيام والصدقة، وبدائي كلباس الأقنعة ورش
المياه.
ويقول د. محمد محمد بلاجي، المختص في أنثروبولوجيا الثقافة الشعبية، : "يبدأ التحضير لاحتفالية عاشوراء منذ عيد الأضحى حيث يتم أخذ عظام الأضحية (الكبش) ليصنعوا منه (دمية عاشوراء) التي تسمى بـ
(بابا عيشور)، وينقع هذا العظم في الحناء، ويلبسونه القفطان والجلباب المغربي، إضافة إلى نعل (البلغة)، ويزينون عنقه بعقد يسمى (مدجة)، خوفا من إصابته بالعين، فيما يصنعون من جلد الخروف أقنعة
استعداد للاحتفالات الكرنفالية بهذا اليوم".

ويتابع: تصنع زوجة (بابا عيشور)، من القصب، وتلبس كذلك لباس المرأة المغربية، لتكون دمية جاهزة للاحتفال، وتقوم النسوة بجمع تبرعات عبر ترديدهن لمجموعة من الأهازيج والأناشيد المرتبطة
بالمناسبة، ومن خلال تلك التبرعات تقام وليمة مباشرة بعد عيد الأضحى. وفي يوم عاشوراء، يتشكل موكب كبير من الصغار والكبار، بعد تجهيز دمية (عيشور)، للدفن بعد أن يقوم الصغار بصلاة الجنازة عليه
بعد تغسيلها، ويطلقن النسوة شعورهن وينغمسن في البكاء والندب، بل إن بعض العجائز في الماضي كن يقمن بالتمرغ في التراب أو الوحل، وكأن الجميع أمام جنازة".

ويرى بلاجي، في هذه الطقوس أنها "لعبة أخضعها الكبار للصغار لكي يجتمعوا على رأي واحد، وليتدربوا على الاعتماد على أنفسهم في إعداد الطعام، وأن يتعلم الذكور منهم طرق وقواعد تغسيل الميت والصلاة
على الجنازة، والذهاب إلى المقبرة ليدركوا معنى الموت، ويندرج كل هذا في التربية والتعليم عن طريق اللعب وفقا لما ذكر بعض الفلاسفة".
"الشعالة".. والرش بالماء

ومن مظاهر الفرح، هناك طقس "الشعالة"، ويتمثل في إقدام الأولاد ليلة عاشوراء على إضرام النار في الشوارع والساحات والأزقة، في البوادي والمدن، تتحلق النساء والفتيات حول لهيب النار المشتعلة
ويطبلن بـ"الـتعاريج "والدفوف لتشجيع الفتيان والشباب وهم يقفزون النار، كما تردد النسوة مجموعة من الأهازيج الشعبية، تؤكد في مضامينها على حرية النساء وتحررهن من سلطة الرجال بهذه المناسبة.
فيسرحن في مختلف الدروب ليستقطبن نسوة هذه الأحياء، ويعقدن معهن الصلح إن كن على خصام.

في هذا الحفل يرددن بعض الأغاني مثل "قديدة مرمية على الأعواد".، في إشارة إلى لحم القديد الذي احتفظن به من أضحية العيد، لشوائه في هذه الليلة، تبعا لاعتقادهن بأنه يصلح للمرأة العاقر، ويهب
الزوج لغير المتزوجة، وفي المناطق الأمازيغية تردد النسوة حسب الباحث، نشيدا يقول: "أيتها النار لقد ألقيت فيك القمل والبرغوث للشفاء".

ويوضح بلاجي: "النار في هذه الطقوس ترتبط عند العوام بقصة القاء النبي إبراهيم عليه السلام في النار ، وبالتالي فإن الشباب حين يقفزون عليها فهم لا يتخوفون منها".

و تحدث البلاجي كذلك  عن عادة عن اغتسال المغاربة في الصباح الباكر من يوم عاشوراء بالماء، ورشهم بعضهم البعض به، مردفا: تسمى هذه العملية بماء زمزم، لأن النبي صلى الله عليه وسلم قال
(زمزم لما شرب له)، ومن تم فهم يعتقدون أن مياه الأرض تكون زمزمية يوم عاشوراء، وهم في ممارستهم لهذه الطقوس، يسعون لجلب البركة والتطهر، وعملا بقول بالحديث الشريف (من وسع على أهله يوم
عاشوراء، وسع الله عليه)، لذلك تكون المأكولات بهذه المناسبة استثنائية وتتشكل في غالبها من الفواكه الجافة، التي يتصدق ببعضها أثناء زيارة المقابر للترحم على الأموات".

ومن المظاهر السلبية في هذه المناسبة، وفقا للبلاجي، الإقبال على ممارسة طقوس السحر والشعوذة خاصة في صفوف النساء ممن ضاقت بهن سبل الحياة، والتعويض عن بعض معاناتهن بأشياء رمزية.


http://www.jilpress.com/2011-04-08-17-21-53/5559.html




SIMON 17/01/2013 09:01


http://www.dafina.net/gazette/video/la-communaut%C3%A9-juive-du-maroc


La communauté juive du Maroc




Vidéo




communauté juive du Maroc



Related Terms:

Maroc


Maroc







Recherche













Visitez







Connection Facebook-Dafina




 






Connexion utilisateur





Sondage




Comment trouvez vous ce site ?


Genial



62%


Super



38%


Votes totaux : 995





1 comment


Anciens sondages











Popular content



Emmanuelle Chriqui,
star Juive Marocaine au Canada (43,856)


ROBERT HOSSEIN et
son fils le rabbin Aaron ELIACHEFF............. (40,375)


De Yasser Arafat à Dominique Strauss Kahn : l’étrange
famille Banon (35,260)


Pessah
des Juifs du Maroc : Coutumes, Recettes, Textes et Traditions (26,791)


Recette de la Dafina (26,234)






1


2


3


4


5


6


7


8


9




suivant ›


dernier »




plus






Decouvrez







Navigation




Contact


Contenu populaire


Recherche


Sondages


Rècentes contributions










Multimedia Populaire



La Saint valentin vue par Gad El
Maleh


LES JUIFS DE MAZAGAN -
ELJADIDA


Enrico Macias -
Ah quelles sont jolies les filles de mon pays


Racines Judeo Marocaines










SALIM 17/01/2013 08:57


Il etait une fois le Maroc : LES JUIFS DANS LES REGIONS NON URBAINES, par David Bensoussan


http://dafina.net/gazette/article/il-etait-une-fois-le-maroc-les-juifs-dans-les-regions-non-urbaines-par-david-bensoussan



Article | lun, 14/01/2013 - 04:28





 




Il etait une fois le Maroc : LES JUIFS DANS LES RÉGIONS NON URBAINES, par David Bensoussan


Qu'en était-il des Juifs de l'intérieur?


Le voyageur Charles de Foucault qui visita le Maroc en 1883-1884, décrivit ainsi la condition de servage des Juifs de l'intérieur : « Tout Juif du Bled-es-Siba appartient corps et biens à son
seigneur, son sid... Le musulman est-il sage, économe? Il ménage son Juif, il ne prend que le revenu du capital. Mais que le seigneur soit emporté, prodigue, il mange son Juif comme on
gaspille un héritage; il lui demande des sommes excessives, le Juif dit ne pas les avoir; le sid prend sa femme en otage, la garde chez lui jusqu'à ce qu'il ait payé. le Juif mène la vie la
plus pauvre et la plus misérable, il ne peut gagner un liard qui ne lui soit arraché, on lui enlève ses enfants. Finalement, on le conduit lui-même sur le marché, on le met aux enchères et on
le vend. Rien au monde ne protège un Israélite contre son seigneur; il est à sa merci. » Le pacha d'Amizmiz disait à ses soldats qui administraient la bastonnade aux Juifs : « Frappez fort,
et sans crainte s'il meurt, nous paierons au sultan le prix du sang.» Jusqu'à l'arrivée des Français en 1934, les Juifs de Tahala versaient au chef de la tribu un demi-douro par feu, pour
louer le terrain qu'ils occupaient. À chaque noce, ils payaient 10 douros. Ils pouvaient éviter la corvée en versant 60 douros. Parfois la protection était mentionnée dans un sauf-conduit :
ainsi, la protection accordée par la famille des Ziyania dans le Nord-est marocain se lit : « Sachez que nous sommes la caution d'El Hazan Brahim. Nous l'avons accepté; il est notre juif. Que
Dieu se détourne de quiconque lui fera du mal.»


Oscar Lenz qui traversa le Sud marocain en se faisant passer pour un médecin turc, écrivit dans son ouvrage Tombouctou : « Tandis que les Juifs des autres parties du Nord-Africain s'adonnent
presqu'exclusivement au commerce, au Maroc ils sont en grande partie artisans et se montrent aussi adroits qu'ils sont naturellement laborieux et économes. » Le correspondant du Times Walter
Harris qui suivit le sultan Moulay Hassan dans une expédition au Tafilalet en 1893, écrivit au sujet du village de Dadds au Sud de l'Atlas : « En général, les Juifs sont les ouvriers les plus
habiles de l'endroit, ils sont surtout renommés pour leurs fusils, souvent artistiquement décorés en argent. Les Israélites vivent sous le système de la Debiha ou sacrifice ainsi dénommé
parce qu'un mouton ou un boeuf a été offert aux Berbères pour obtenir leur protection. Les familles juives subissent une sorte de statut féodal, chacune dépendant d'une famille Schleuh ou
Berbère qui la protège contre de mauvais traitements moyennant un tribut annuel. »


Il y eut des Juifs armés dans les zones non citadines


Si fait ! Dans son ouvrage De l'Afrique datant de 1556, Léon l'Africain rapporte à propos des Juifs du Sud marocain : « Il s'y trouve beaucoup de Juifs, qui sont volontaires pour exposer leur
personne aux hasardeux combats, et prendre la querelle en faveur de leurs maîtres, qui sont les habitants de cette montagne.» L'existence de Juifs combattants à la lisière du Sahara est
confirmée en 1527-1528 par une lettre du souverain saadien adressée à David Haréouvéni, lequel impressionna les grands de son temps, le pape y compris, en annonçant qu'il était délégué par le
roi Joseph d'Éthiopie dont l'armée juive de 300 000 soldats du roi comptait restaurer la souveraineté juive en Terre promise. Le voyageur John Davidson écrivit à propos des Juifs berbères en
1839 : « À la différence des Juifs résidant parmi les Maures, qui sont soumis à la loi musulmane, ils ne vivent pas dans le même état d'avilissement ou de servitude; ils développent des
relations de type patron/client (avec leurs voisins), tous ont les mêmes privilèges, et le Berbère est tenu de défendre la cause du juif en cas d'urgence. Ils disposent d'armes, et servent
leurs patrons à tour de rôle.» Davidson témoigne avoir également vu une région du Sud de l'Atlas où « les Juifs vivent en toute liberté, et pratiquent tous les métiers; ils possèdent des
mines et des carrières qu'ils exploitent, ont de grands jardins et d'immenses vignobles, et cultivent plus de maïs qu'ils ne peuvent consommer; ils disposent de leur propre forme de
gouvernement, et possèdent leurs terres depuis l'époque du roi Salomon. »
Par ailleurs, ces Juifs « possèdent toutes les caractéristiques des montagnards. ils portent le même costume qu'eux, et on ne peut pas les distinguer de leurs voisins musulmans.»


Dans l'ouvrage Voyage au Maroc publié en 1903, le marquis de Ségonzac rapporte : « Chez les Aït Izdeg, sous l'oued Outlat, les Juifs assez nombreux construisirent leur Mellah, un tirment
(village fortifié). On les y a attaqués, ils ne se sont pas contentés de fermer leurs portes, ils ont riposté à coup de fusil et rendu coup sur coup, et depuis lors, ils traitent avec les
Musulmans de puissance à puissance.» Le rabbin Maurice Eisenbeth rapporta dans son essai Les Juifs du Maroc daté de 1936, que les Juifs du Sous prenaient à l'occasion une part active aux
guerres entre tribus, au même titre que leurs concitoyens musulmans.


Un témoignage fort intéressant fut rapporté par l'historien Zéev Hirshberg qui visita les villages juifs berbères du Sud marocain après l'indépendance d'Israël : « Je m'enquis de la sécurité
des Juifs (berbères). Selon eux, il n'y a eu aucun méfait et ils n'ont entendu parler d'aucun méfait. Après une longue enquête dans la région, j'ai pu identifier un meurtre qui s'est produit
dans leur temps.»


De ce qui précède, il est possible d'avancer que la situation des Juifs dépendait grandement des caïds locaux, allant de la soumission la plus totale à la permission de porter les armes. Il
est possible que le témoignage de Zéev Hisrshberg puisse être expliqué du fait que la présence française avait ramené l'ordre public et que les crimes ne demeuraient plus impunis. Néanmoins,
entre 1954 et 1956, le terrorisme s'amplifiant et la faiblesse des Français grandissant, les Juifs berbères insistèrent pour être évacués en Israël au plus tôt.


Dans son ouvrage The Aït Atta of Southern Morocco publié en 1984, David Hart rapporte que les Juifs donnaient à leurs protecteurs le nom de « Mon Seigneur.» Ces derniers les appelaient «
leurs Juifs » et avaient coutume de se les vendre entre eux. Autre fait historique intéressant en regard du statut de protection accordé aux Juifs par les Berbères : Il arriva qu'un Berbère
assassinât un pacha qui avait emprisonné « son » Juif dans la ville de Sefrou, l'empêchant d'assister à la circoncision de son fils.


Il y a peut-être une autre explication à la différence de témoignages propres à la situation des Juifs berbères. Durant les premiers siècles de l'ère courante, les chercheurs ont mis de
l'avant les hypothèses d''une évolution qui vit naître des Juifs berbérisés ou encore des Berbères judaïsés. Ces perceptions sont basées sur la détection d'éléments socioculturels juifs chez
les Berbères ou encore d'éléments socioculturels berbères chez les Juifs. La vérité pourrait être ailleurs et toute autre.
En effet, il y eut un établissement de Juifs très important en Cyrénaïque. Or, ces Juifs ne l'étaient pas au sens rabbinique du terme. Il devait s'agir de Juifs pasteurs peu différents de
leurs voisins berbères ou puniques. Il est donc fort possible qu'il y eut un mélange des populations et cela, alors même que le judaïsme rabbinique était en trai


nassim 17/12/2012 13:54


POURQUOI LES JUIFS EMIGRES DU MAROC ET QUI VIVENT EN ISRAËL, SONT-ILS AUTANT AMOUREUX DE LEUR PASSE ?


http://dafina.net/gazette/article/pourquoi-les-juifs-emigres-du-maroc-et-qui-vivent-en-isra%C3%ABl-sont-ils-autant-amoureux-de-leur




Article | dim, 16/12/2012 - 02:06





 




POURQUOI LES JUIFS EMIGRES DU MAROC QUI VIVENT EN ISRAËL SONT-ILS AUTANT AMOUREUX DE LEUR PASSE ?


 


UN SUPERBE ARTICLE PUBLIE PAR LA REVUE ZAMANE.


 


Au moyen de sa caméra, Kamal Hachkar recolle avec finesse les morceaux d’une histoire commune aux juifs et aux musulmans marocains. Diffusé le 8 avril dernier sur la chaîne marocaine 2M, le
documentaire Tinghir-Jérusalem, les échos du Mellah de Kamal Hachkar, n’a laissé personne indifférent. Sur Youtube, cette version pour la télévision (1) ainsi que les extraits divers
disponibles auraient été visionnés par des dizaines de milliers d’internautes. Comme on pouvait s’y attendre, il y a les “pour” et les “contre”.


Mais ceux qui, par mail ou sur Facebook ont apprécié le film et ont remercié Kamal Hachkar, sont infiniment plus nombreux que les quelques détracteurs qui ont protesté contre sa diffusion,
au nom de la lutte contre la normalisation avec Israël. On ne peut que s’en réjouir.


L’intention de ce jeune réalisateur franco-marocain, professeur d’histoire dans la région parisienne, est simple: briser le silence sur la présence juive plurimillénaire dans le royaume,
rendre un visage et une voix à cette composante oubliée de l’identité marocaine. Si l’on veut trouver dans son film une prise de position politique et idéologique sur le conflit
israélo-palestinien, il faut passer son chemin.


A la recherche du temps perdu
Né à Tinghir, dans la vallée du Todgha, Kamal Hachkar découvre, à l’âge où l’on s’interroge sur soi et les autres, que tous les habitants de son village natal n’ont pas toujours été, comme
c’est le cas aujourd’hui, exclusivement musulmans. Il apprend que des communautés juives importantes y ont vécu depuis la nuit des temps et jusqu’au début des années 1960, aux côtés des
musulmans. D’où son désir de connaître ce que fut ce passé, et de comprendre pourquoi, du jour au lendemain, ces juifs ont déserté leur terre ancestrale pour aller se transplanter en
Israël. Aussi son film est-il construit sur une série de va et vient entre Tinghir et lsraël, permettant de faire dialoguer celles et ceux qui, musulmans comme juifs, ont gardé le souvenir
de cette histoire commune.


Dans les ruelles de Tinghir, les plus anciens n’ont pas oublié la tranche de vie qu’ils ont partagée avec les juifs. Baha, le grand-père du réalisateur, lui fait visiter ce qui reste du
mellah (quartier juif): ici des maisons ; là une ancienne synagogue ; plus loin, la kissaria (caravansérail) : “tous ces commerces appartenaient aux juifs…on se connaissait bien, on buvait
du thé, on jouait aux cartes et on discutait de tout”, se souvient l’aïeul. Témoin de cette proximité disparue, un vieil artisan fredonne un couplet chanté autrefois par les femmes juives
de Tinghir, et décrit en le mimant le rituel observé par les hommes lors des prières. Un autre, aux airs de patriarche, raconte que les deux communautés étaient unies du temps des guerre
tribales et conclut : “il y avait une grande solidarité et un grand respect entre nous. On était des frères”.


Vision idéalisée construite a posteriori ? Non, car à des milliers de kilomètres de là, dans une de ces villes israéliennes de développement, sans aucun caractère, Hannah et son amie
déclarent à l’unisson être “marocaines et berbères à 100%”. Nostalgiques, elles évoquent – en arabe et en berbère – cette coexistence qui n’a commencé à faire problème qu’à partir de 1948,
avec la création de l’Etat d’Israël : “on ne nous disait plus bonjour, mais personne ne nous a fait du mal et ne nous a dit de partir”.


L’histoire du Maroc nous enseigne que, en dépit de périodes douloureuses pour les juifs, la coexistence intercommunautaire fut effective, enracinant chez les uns et les autres le sentiment
d’une même appartenance marocaine. Pourtant une sorte de séisme s’est produit, qui devait les séparer dans l’espace et dans le temps. Zeavah, partie de Tinghir à 11 ans, en témoigne : “le
jour du départ, j’ai beaucoup pleuré, ma mère et la femme musulmane qui travaillait chez nous ont beaucoup pleuré… Je savais que c’était fini. En une nuit, on a tout laissé, on est parti
avec deux valises”.


Mais pourquoi ces départs ? Interrogé par Kamal Hachkar, Yossef Chétrit – historien originaire de Taroudant – répond : les juifs marocains, profondément croyants et attachés à leur foi, ont
obéi à ce qui était pour eux un appel messianique au retour en Terre promise. En somme, la motivation religieuse aurait été plus déterminante que l’adhésion au sionisme politique européen,
étranger à leur vécu. L’explication est juste mais partielle. On ne reprochera pas au réalisateur d’omettre les raisons complexes, qui ont conduit à cet exode brutal : ce n’est pas son
objectif. Son film a déjà le grand mérite de porter à l’écran quelques aspects d’une question occultée. Deux autres cinéastes marocains, Hassan Benjelloun (Où vas-tu Moché ?) et Mohamed
Ismaïl (Adieu Mères) l’avaient fait avant lui, sur un mode très différent.


En fait, les raisons d’un tel exode, dont les temps forts se situent entre 1948 et les années 1960, sont aussi politiques, économiques et sociales. Quant aux responsables, ils sont
plusieurs, à des degrés divers : organisations sionistes et autorités françaises du protectorat, nationalistes zélés et responsables politiques marocains. Dans ce contexte tendu et
incertain pour elle, la communauté juive s’en est trouvée fragilisée. Du coup, elle sera réceptive au “vous êtes en danger” et à la promesse d’un avenir meilleur que diffusaient des
émissaires de l’HIAS (Hebrew Immigrant Aid Society), notamment auprès des plus démunis. David, ancien instituteur dans la région de Tinghir, relate la mission qu’on lui avait confiée : “on
m’avait demandé de faire partir les juifs de tous les villages. On les inscrivait, on leur faisait des passeports que le ministère de l’Intérieur acceptait alors que nous les établissions
nous même”. A la question : “Le Maroc aurait-il vendu ses juifs ?”, David répond, hésitant et gêné : “Un peu”.


D’un exil à l’autre
Les juifs marocains par dizaines de milliers ont donc mis fin à leur exil biblique, tentés aussi par les jours heureux qu’on leur avait fait miroiter. La vérité, c’est qu’ils ont connu un
nouvel exil. Double cette fois. Le premier exil les a condamnés à des conditions de vie très précaires. Dans un livre aussi bref que fort (2), Ella Shohat, née en Israël de parents juifs
irakiens, rappelle que les “juifs orientaux” (ceux des pays arabes) ont été placés, à leur arrivée, sous la férule de fonctionnaires ashkénazes (3), autoritaires et arrogants, qui les
regroupèrent dans des baraques en tôle ondulée ou des villages reculés. Elle met en cause le sionisme qui – prétendant offrir un foyer national à tous les juifs – ne l’a pas ouvert à tous
avec la même générosité et a toujours privilégié les juifs d’Europe au détriment des juifs orientaux. A quoi fait écho, dans Tinghir-Jérusalem, cette complainte composée en arabe et chantée
par Hannah :


“Je suis allée au bureau du travail, je lui ai dit "



jillali 02/12/2012 12:31


تربية بريس


http://www.jilpress.com/2011-04-08-17-35-44/5630-2012-12-01-23-58-07.html


عسس السيارات

وتعتبر مهنة حراسة السيارات أيضا من المهن المهمشة بشكل كبير، ويختار بعض الشباب ـ حتى المتعلم منه ـ مهنة حراسة السيارات بالمغرب إبان فصل الصيف خصوصا نظرا لتوافد السياح على المدن السياحية بنسبة
كبيرة.

حمودة، شاب يحرس السيارات وسط مدينة الرباط، يعتبر أن فصل الصيف بالنسبة له يمنحه فرصة مزاولة مهنة حراسة سيارات السياح الأجانب أو سيارات المغاربة المقيمين بأوروبا وأمريكا الذين يأتون لقضاء عطلة
الصيف ببلدهم مع عائلاتهم وأسرهم، فتنتعش هذه المهنة كثيرا.

لكن، يقول هذا الحارس، ما إن ينتهي الصيف حتى يعود آلاف المهاجرين المغاربة إلى وظائفهم في الدول الأوربية، وهذا يعني أن أكثر من نصف مليون سيارة تغادر البلاد، وبذلك يفقد عدد كبير من حراس السيارات
مهنتهم المؤقتة.

ويعلق الباحث الاجتماعي الدكتور عبد الرحيم العطري على هذه المهنة وممارسيها بكونهم " أتعس التعساء وأشرف الشرفاء، يؤمنون بأن الأمانة التي حملوها تستحق كثيرا من العمل والحرص والحذر.. فالعيون لا تنام
والجسد لا يصادف الأسرة، والحواس كلها في حالة استنفار دائم حفاظا على ممتلكات الغير".

ويضيف: "مهنة الحراسة قدرها ليس فقط الاكتواء برطوبة الظل وهامشيته.. ولكن أيضا بوحشة الليل وسواده المفزع، ومع ذلك فهي مهنة عظيمة لها أسرار وخبايا لا يعرفها إلا الراسخون في هذه المهنة..

الكسال والإسكافي

ومهنة "الكسَّال" تعد أيضا من المهن المهمشة التي لا يُعترف بها رسميا لكونها حرفة يشتغل بها أصحاب المهن المؤقتة والتي لا تكاد تسمن صاحبها ولا تغنيه من جوع، والكسال هو الشخص الذي يتولى مهمة دلك جسد
المستحمين الذين يلجئون إلى خدمات الحمامات التقليدية والشعبية.

ويعتبر الكسال بالرغم من ذلك جزء هاما من تأثيث الحمام وعناصره وطقوسه، لأنه يهتم بدلك جسد المستحم ومحاولة إخراج أدرانه وتليين أطراف بدنه، حتى يبعث فيه طاقة وحيوية جديدتين، الأمر الذي يلزم من
مزاولها أن يكون صلب الشكيمة وقويا على تحمل حرارة الحمام طيلة ساعات طويلة، بالإضافة تحمل أوساخ الناس وقاذوراتهم وأحوالهم الجسدية من أمراض وعاهات أحيانا.

ومهنة الكسال لا تستوجب راتبا محددا، فهو يقتات مما يجود به المستحمون بتسعيرة معينة لكنها متغيرة، وبالتالي يحاول هذا الكسال أن يشتغل أطول مدة ممكنة في الحمام لكسب قوت يومه وقوت عياله، وهو الوضع
الذي يراه "بّا العياشي" الذي يشتغل كسالا منذ سنوات عديدة، وضعا صعبا جدا بسبب تأثير حرارة الحمام مدة زمنية طويلة خلال كل يوم ولأشهر أو سنوات طويلة على الطاقة التحملية لجسمه، الشيء الذي من شأنه أن
يشكل له متاعب صحية عديدة.

ومن المهن الأخرى هناك مهنة الإسكافي التي لها علاقة مباشرة ودائمة مع أحذية الناس، فالإسكافي لا يكاد يرفع رأسه من على الحذاء، وهو يمارس مهنة تقليدية صارت غير ذات شأن سواء على المستوى الاقتصادي أو
الاجتماعي والاعتباري، بالرغم من شرف هذه الحرفة التي تعلم الصبر والحكمة لمزاوليها.







تعل