Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de:  azizsalaheddine@hotmail.com

Mazagao la ville qui traversa l'Atlantique. Du Maroc a l'Amazonie 1769-1783.

27 Mai 2009 , Rédigé par saladin Publié dans #Histoire et socièté

voilà du nouveau sur l'histoire de mazagan publier à : [www.telquel-online.com] :
Par Abdellatif El Azizi
Mémoire. Mazagan, la ville déportée

La citerne portugaise
à El Jadida (DR)
Il y a deux siècles, colons, administrations et richesses de Mazagan (El Jadida) avaient été transférés par les portugais à Mazagào, au Brésil. Depuis, la ville antique est une ville en ruine. Et sa cité portugaise, une relique vouée à l'abandon.


Mazagão, la ville qui traversa l'Atlantique : du Maroc à l'Amazonie. Laurent Vidal* n’a pas terminé de signer son dernier ouvrage que la cité portugaise d’El Jadida est devenue subitement la coqueluche de plusieurs centres de recherche scientifique. Le tout couronné par une émission de France Culture animée par Arlette Farge, professeur au CNRS et Jean Hébrard, de l’EHESS, et diffusée le 12 Septembre 2005.
Dans son essai, Vidal a repéré une situation pour le moins particulièrement rare, celle d’une ville transportée corps et biens au Brésil.

Après avoir enquêté dans les fonds d'archives les plus diverses au Maroc, au Portugal et au Brésil, ce spécialiste de l’ancienne colonie lusophone, nous conte une épopée extraordinaire. L’histoire remonte à 1514 : le trône portugais en guerre contre les maures, installe un comptoir important à Mazagào, entre Azzemour et El Oualidia. “La cité portugaise a été construite probablement sur l'emplacement d'un ancien comptoir phénicien fondé au milieu du 5e siècle avant Jésus-Christ et connu sous le nom de ‘Portus Rusibis’” rappelle un professeur d’histoire. Baptisée Mazagan, cette nouvelle ville (d’où son appellation ultérieure : El Jadida) devint très vite un port commercial de première importance grâce à l’exportation des produits agricoles de la région des Doukkala. Durant deux siècles, les différents monarques qui se sont succédé au Maroc ont tenté de libérer la ville.

Un siècle après, le comptoir agonise, faute d’intérêt de la part de la métropole portugaise engagée dans la conquête de l’Amérique. Harcelés par les attaques des autochtones, les portugais se plaignent sans arrêt à la Couronne. Une situation qui va devenir intenable avec le siège de 1769, car les 2000 Portugais réfugiés derrière la forteresse, affamés, assoiffés, ne peuvent plus tenir face aux 120 000 soldats arabes et berbères qui se sont installés au pied des remparts.
C’est à ce moment là que la décision de déplacer les occupants portugais de la ville de Mazagào, ainsi que les richesses qu’ils y ont accumulées, est prise par Joseph Ier Emmanuel dit Joseph le Réformateur. Comme, de l'autre côté de l'Atlantique, le Portugal a commencé la colonisation de l'Amazonie, la destination de ses protégés est toute trouvée. La Nova Mazagào, sur le fleuve Amazone, est appelée à devenir la nouvelle perle de l'Empire. L’auteur raconte que ce déplacement des populations correspond à une véritable odyssée. Avec l’embraquement des familles, les Portugais emportent notamment les objets de culte et les livres de l’administration.


Le 11 mars 1669, les 2092 habitants qui constituent la présence portugaise dans la région sont embarqués pour un périple qui va durer près de deux ans. Pragmatique, l’administration centrale brûle tout ce qui peut l’être et jette les canons à la mer. Le déménagement se fait en deux phases avec une escale de six mois à Lisbonne. À Belem, c’est une nouvelle escale de plusieurs années qui attend des voyageurs particulièrement fatigués. Ils fondent alors Nova Mazagão, sur l’embouchure du grand fleuve. Aujourd’hui encore, chaque année, au Brésil, les “descendants” des Mazaganistes célèbrent, lors de la Sao Tiago (Saint Jacques), les luttes de leurs ancêtres chrétiens contre les Maures. La présence portugaise aura perduré jusqu'en 1769 quand la ville a été libérée par le Sultan marocain Sidi Mohamed Ben Abdellah.
à El Jadida “les maures” d’aujourd’hui ne sont pas très au courant de l’ouvrage de Vidal. Pour Azzedine Karra, le directeur du Centre du Patrimoine Maroco-Lusitanien, situé à El Jadida, ce qui est plus intéressant pour la partie marocaine, ce sont les départs des Marocains vers Lisbonne et il cite le travail effectué par Ahmed Bouchareb sur le déplacement en 1521, d’une communauté importante de Doukkalis vers le Portugal : “Fuyant une famine terrible, des douars entiers de la région avaient accepté de traverser l’Atlantique pour s’installer et vivre au Portugal”. Une présence marocaine confirmée d’ailleurs par Mustapha Machiche Alami qui tente par de nombreux voyages au Portugal de renouer le contact avec cette communauté et d’installer un pont culturel entre les deux pays. Il rappelle, quant à lui, une particularité de la colonisation portugaise : “Contrairement aux autres Européens, ils n’hésitaient pas à se mêler à la population locale et à contracter des alliances par mariage”.


Aujourd’hui, entre Mazagan, ville du souvenir et Mazagào, la brésilienne, les ponts sont coupés. Seule relique de ces temps ancestraux, la cité portugaise d’El Jadida a été, le 30 juin 2004, consacrée patrimoine mondial de l’humanité lors de la 28ème session de l’UNESCO, tenue à Suzhou en Chine. Un an plus tard, le site respire l’abandon. Joyau de la cité, la citerne portugaise est le seul bâtiment encore intact. Les voûtes sont bien accrochées, les colonnes bien éclairées et le bâtiment bien nettoyé. L'étudiant en Beaux-Arts y trouvera certainement l'essentiel de l’art architectural portugais pour son prochain exposé. Le cinéaste ou l’amateur exigeant de photographie trouvera matière à faire de beaux clichés. Mais tant les amateurs d’histoire que les touristes doivent s’abstenir.

Contrairement aux textes imprimés sur les panneaux pédagogiques, la cité portugaise va mal. Il suffit de faire le tour des remparts, après avoir observé le bastion de Saint-Antoine, la Tour de l’Ange ou encore la Porte de la mer, pour se rendre compte de l’état de délabrement avancé des murs et des bâtiments qui peuvent s’écrouler à tout moment. Et pour cause, les habitations anarchiques peuplent la cité. Véritable bidonville entouré de murailles, la cité est squattée par des familles pauvres à la progéniture nombreuse. Murs en ruine, portes bricolées, terrasses qui partent dans tous les sens, la cité sent la misère et le laisser-aller. “C’est scandaleux, il y a l’argent versé au ministère de la Culture par les visiteurs de la citerne portugaise, il y a le budget de la commune ; et puis à quoi ça sert d’inscrire la cité comme patrimoine de l’humanité”, s’indigne un habitant de la cité qui milite au sein d’une association locale. Ce dernier, comme beaucoup d’autres connaisseurs, se souvient ironiquement du surnom collé à Mazagan au début du XIXème siècle, suite au transfert des colons et des joyaux de la ville. On l’appelait, alors, “Mhdouma” (ville en ruine). Deux siècles plus tard, elle n’est pas mieux lotie.

* Maître de conférence à l’université de La Rochelle


Mazagao la ville qui traversa l'Atlantique.
Du Maroc a l'Amazonie 1769-1783.

par Laurent Vidal Disponible chez Aubier.






Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article